Il découvre et apprend la lecture de l’image via le spectre de l’image maitrisée et construite à « but avoué de manipulation » : la publicité.

Après 10 ans d’immersion dans cette univers iconographique sous la dictature des marques et des stratégies de conquête ou de fidélisation d’un public qui subit, sans toujours le savoir, l’image, une pause définitive s’impose et un virage à 180° s’opère.

La démarche devient documentaire.

Toujours en condition de reportage, sans mise en scène ou interventions sur le photographié, il s’agit de capter la réalité d’un sujet.

Ainsi, au delà de la compilation thématique, chaque image se doit de vivre par elle même et c’est dans leur addition que se crée le document.

On retrouve cette démarche sur l’ensemble de ses travaux :

* Wiplashion : Death of Fashion (2005/2010) : expo projections
* Stigmates : incendies dans les forets méditerranéenne (2008), coup de cœur « Bourse du Talent / Kodak »
* Le plancher des Vaches puis « Bonne appétit Mr Doucet » : sur les terres de la race Charolaise (2006/2010 et 2010/2012)
* Electro-culture : 2002/2009 ;  « NS, 10 ans sans dormir » collectif, 198 pages, édition Agnés B
* Loges (2003-2009)
* Shaka Ponk (2008/2015) ; « Monkey Diary », 198 pages, éditions Marabout.
* St Julien de Civry / Je suis d’Ici (depuis 2014)